Accueil | Musée & Collections | Amtuir | Liens

 

Histoire du Musée des Transports

 

 

 

 

 

 

Histoire du Musée des Transports

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1957 alors que la France supprimait la quasi-totalité des réseaux de tramways au lieu de les moderniser, quelques passionnés, décidèrent de sauver ces tramways, afin de montrer aux générations futures ce qu'étaient les transports urbains et leur histoire. Ils créèrent l'Association pour le Musée des Transports Urbains, Interurbains et Ruraux (AMTUIR) et se cotisèrent pour acheter la motrice n°1 de Versailles, lors de la suppression du réseau, le 16 mars 1957.

Passionnés, amateurs et parfois professionnels des tramways et des transports collectifs, ils s'intéressaient à tous les modes de transports urbains et à leur évolution et furent soucieux de sauvegarder le patrimoine qu'ils représentaient.

De 1964 à 1998, le Musée des Transports a été ouvert au public et entièrement exploité par les bénévoles de l'association qui donnaient leur temps et aussi aidaient financièrement à l'activité du Musée. Leur dévouement et leur attachement pour ce Musée sont sans limites.

À la suite de la décision de transfert de la collection à Colombes dans un musée rénové, dont le statut n'était pas encore arrêté, la RATP et l'AMTUIR ont signé une charte de coopération en vue de la réalisation du nouveau musée.


Mais les évolutions sont plus complexes qu'il n'était supposé et aucune date de réouverture n'est encore précisée.

La collection comprend plus de cent cinquante de véhicules de 1863 à nos jours : omnibus à chevaux, tramways à chevaux, à vapeur, à air comprimé, électriques, métros, trolleybus et autobus dont le premier autobus parisien de 1906. Elle comprend en outre une riche iconographie et divers objets, machines et maquettes touchant aux transports.

L'AMTUIR vit de l'activité bénévole de ses seuls adhérents.

La RATP, en logeant le Musée dans un ancien dépôt, à Malakoff de 1957 à 1972, puis à Saint-Mandé, de 1972 à 2000, en finançant certaines restaurations, en prêtant au Musée quelques maquettes et du matériel historique du Métro, en assurant gratuitement quelques autres services, est le principal mécène du Musée.

En 1998, le Musée a fermé ses portes au public et a été dans l'obligation de déménager à Colombes où la municipalité a explicitement confirmé que la collection ne pourra y être maintenue qu'à titre temporaire dans l'attente d'un nouveau site. En 2006, la Ville de Chelles s'est formellement déclarée intéressée pour accueillir le Musée. La collection a été partiellement transférée à Chelles dans le courant de l'année 2008. Actuellement, aucune date de réouverture n'est envisagée.

Le Musée des transports urbains porte le statut de Musée de France sous tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication. Ses collections sont inventoriées et inaliénables.

Revenir en haut de la page