Un TN4HBar en service à Paris à 1964
Un TN4HBar en service à Paris à 1964 (cliché J-H Manara)

Visible à Chelles

En 1936, pour faire face à l’accélération de la suppression totale des tramways, au trafic attendu pour l’exposition universelle de 1937 et à la nécessité de remplacer les autobus Schneider de type H roulant encore, la STCRP passe commande aux usines Renault de 970 autobus TN4H.

Ces autobus reprennent le moteur des TN4F, mais tranchent résolument avec leurs prédécesseurs par leur esthétique, leur empattement plus long, la cabine de conduite avancée, une meilleure suspension et un accroissement du nombre de places assises pour une capacité totale inchangée de 50 voyageurs.

Une version destinée à l’origine pour la desserte de la banlieue comportait une plate-forme arrière fermée à accès latérale (TN4HBla) ou central arrière (TN4HBar). 570 voitures avec ces types de caisse sont mises en service en 1936-37. Ils disparaîtront le 22 janvier 1971.

L’autobus TN4HBla n° 4317 a été offert à l’Amtuir par la RATP.

 

Caractéristiques

  • Longueur = 9,760 m
  • Largeur = 2,350 m
  • Hauteur = 3,110 m
  • Masse à vide = 7,4 t
  • Capacité : 50 places, 41 assises et 9 debout. Accès des voyageurs par la plate-forme arrière
  • Moteur à 4 cylindres de 58 CV à 1 600 t/min fonctionnant au carburant ternaire (1/3 alcool, 1/3 benzol, 1/3 essence) ; boîte à 4 vitesses
  • Constructeurs : Renault pour le châssis-moteur et la STCRP ou MGT, Millon-Guiet-Tubauto, ou CIV, Carrosserie industrielle de Versailles, pour la carrosserie
Fermer le menu
Fermer le panneau